Le meilleur bracelet connecté : guide 2017

Le bracelet connecté , tel qu’on le connait aujourd’hui, suggest pas mal de fonctionnalités plus ou moins intéressantes qui ne manquent pas de faire le bonheur de tous ceux qui le portent au poignet. D’emblée, l’expérience consommateur est parfaite et sans faille, ce qui n’est pas toujours le cas avec les capteurs d’activité. À utiliser au quotidien ou pour le sport, sa vocation est également d’être conservé au poignet H/24 pour mieux connaître la nature de son sommeil et, si nécessaire, tenter d’en améliorer la qualité. Chaque bracelet fonctionne en binôme avec une application (gratuite) à installer sur son smartphone.

La mise en place est rapide et le bracelet est opérationnel 5 minutes après le déballage. Pas totalement intuitive, Garmin Connect a cependant le mérite d’être complète et d’une lecture aisée. C’est le cas du Fitbit Alta HR, dont nous avons pu confirmer l’autonomie de 7 jours lors nos tests. Le bracelet est water resistant : pas de problème à l’extérieur ou pour se laver les mains, ou faire la vaisselle dans qques centimetres d’eau.

Rien de plus simple pour mettre en œuvre l’Alta HR : il suffit de télécharger l’utility Fitbit (iOS, Android, mais aussi Home windows) et de se laisser guider. Voila, un peu decu que l’alarme ne soit pas intelligente mais bon, c’est pas pire qu’un reveil avec smartphone et ca aura au moins le merite de laisser dormir ma femme ! Et même si le charme opère nous n’oublions pas la fonction première de ce bracelet : motiver le porteur à pratiquer de l’activité physique.

Fitbit veut maintenir son leadership dans un secteur devenu hyper-concurrentiel. Le miband a pas mal d’functions tierces très efficaces ( + que l’officielle où Xiaomi se casse pas trop la tête). En dessous, une timeline propose un résumé des différentes sessions bracelet connecté de sport effectuées, avec un condensé des informations mesurées : mention de l’activité, heure de début, durée, distance, moyenne horaire pour une séance de course à pied, par exemple.

À première vue c’est assez difficile à croire mais ce bracelet de 30 g est muni d’un affichage à a hundred Leds qui s’adapte à la luminosité ambiante, d’un capteur de mouvements, d’une batterie et d’une connexion USB pour le recharger et transférer ses données. L’ensemble fonctionne à la perfection, même si, sans doute à cause d’un possible encrassement du capteur cardio ou de sueur sur notre peau, la lecture du rythme cardiaque a parfois été unimaginable, celle-ci se soldant par l’affichage d’une simple croix (« X ») ; rien de grave, mais parfois handicapant lors d’une séance de sport.